Le murissement des choix concernant l’installation et la position du dessalinisateur à bord demande du temps si l’on veut ne pas trop gâcher de place, optimiser les longueurs de tuyau, faciliter les opérations de mise en route, d’arrêt et de maintenance lors de l’exploitation, et respecter les contraintes fixées par le fournisseur sans oublier celles inhérentes au local affecté à cet usage.

 

Bref il m’a fallu deux mois de réflexion avant de me lancer, en trois phases:

 

1) Implantation et fixation des composants principaux (pompe, membrane) et accessoires (filtres, vannes, branchement 12v, stockage des consommables)

 

2) raccordements de la plomberie selon les schémas fournis, avec les circuits d’alimentation, de production, de rinçage, ainsi qu’aux passe-coques.

 

3) Alimentation électrique et câblage du disjoncteur de protection.

 

Le résultat tient presque de l’usine à gaz ou de la raffinerie, mais le cahier des charges est respecté et cela marche.

 

La suite après les premières utilisations vers fin mai début juin 2009, avant un bilan plus complet en fin de saison