L’hiver est aussi le moment de la remise à niveau d’un équipement aussi indispensable que l’annexe et son moteur.

 

Cela commence par une révision approfondie du hors-bord Honda. Après 6 saisons ponctuées uniquement par des vidanges, nettoyages de bougie et rinçages externes, il n’avait connu qu’une petite défaillance se traduisant par l’impossibilité de l’utiliser au ralenti sans starter (bouchage probable du gicleur de ralenti). Au cour d’une escale, le nettoyage du carburateur par soufflage avait réglé presque complètement le problème.

Mais il fallait aller un peu plus loin pour éviter son renouvellement. Un démontage complet du circuit carburant s’imposait. Un faible quantité d’impuretés s’était accumulée dans le réservoir et la cuve du carburateur. Un circulation forcée de WD40 dans tous ses petits conduits et orifices de celui-ci, suivie d’un soufflage généralisé a été pratiquée. Les joints étaient tous en bon état et pouvaient être réutilisés. Malheureusement La cuve du carburateur présente un état de corrosion avancé. Pour le moment elle n’atteint que l’extérieur et n’est pas visible à l’intérieur, donc le risque de perçage n’est pas imminent. En revanche la vis de vidange est devenue indémontable. Il est donc raisonnable de changer toute la cuve dès que possible.

L’hélice en plastique avait aussi un peu souffert de certains haut-fonds durs, mal anticipés. Quelques coups de lime et un ponçage léger lui ont redonné une allure presque normale, mais là aussi un rechange paraît prudent.

J’ai sollicité le réseau Honda Marine, avec toutes les références du moteur, pour obtenir les pièces, pour le moment sans réponse, mais je ne désespère pas, ce moteur n’ayant pratiquement pas changé depuis 10 ans.

Après remontage de l’ensemble, le fonctionnement est redevenu parfait.

 

Passons à l’annexe. Ce pneumatique Plastimo de 7 ans est en fin de vie. Déjà l’année dernière, il avait fallu trouver une solution pour éviter de se coller les fesses et salir ses vêtements chaque fois que l’on s’asseyait sur les boudins. Le plastique en décomposition avancée dans les parties les plus exposées au soleil faisait triste figure, sans affecter l’étanchéïté. Après un grattage soigneux de toute cette m…… infame, une fine couche de peinture blanche glycérophtalique appliquée au pistolet avait eu un effet très bénéfique. Belote.

Alors on prend les mêmes et on recommence pour la saison suivante. Cette fois avec un pot de peinture glycéro bas de gamme, achetée 2 euros chez Castorama. Un simple époussetage à la brosse des petites cloques de vieille peinture qui n’adhéraient plus, et hop, en une demie heure, le pistolage de 0,5 l du pot, une fois bien dilué, a été largement suffisant.

Après séchage complet, le marquage, aux nom et quartier maritime du bateau, avec un pinceau fin et quelques centilitres de la même peinture mais noire, a pris encore une demie heure. Et le voilà prêt pour de nouvelles aventures. Rebelote.

 

Ce n’est pas mieux qu’une annexe neuve, mais c’est beaucoup moins cher, et aussi, il faut bien le dire, moins tentant pour les éventuels marauds à la recherche d’une "affaire saine" au détriment d’un plaisancier marri.

 

Lien vers quelques photos:

http://picasaweb.google.com/dartag7531/AnnexeEtHorsBord02?authkey=Gv1sRgCIqnxsKjrLDGYg#