On a beau lutter contre l’excès de confort et avoir une certaine apréhension contre une tendance de notre société à la recherche effrénée du bien-être, il arrive parfois que l’on tombe dans un piège.

 

Ainsi, le grille-pain est un luxe quasiment inaccessible à bord d’un voilier en mer ou dans un mouillage forain. Mais voilà, le piège s’est refermé sur moi lorsque j’ai vu dans un catalogue un petit appareil parfaitement adapté à cet usage. Ce rève devenait possible avec la présence à bord d’un petit groupe électrogène 220v facile d’emploi et peu nuisant (voir le billet précédent).

 

Sacrés chinois, qui peuvent nous fournir de tels outils, valant à peine une bouchée de pain, et nous permettre, sans doute, de répandre dans l’atmosphère du mouillage, lors de certaines de nos futures escales, le fumet inimitable du pain grillé au lever du soleil.

 

Nous finirons peut-être dans la décadence, comme l’empire romain, qui ne réclamait plus que du pain et des jeux, mais que c’est bon !