Quelques statistiques de la croisière 2007:
 
Distance totale parcourue : 2187 milles
Nombre d’heures de moteur : 105,1 heures. Gasoil consommé : 268 litres (plein complet au départ et au retour) soit une consommation moyenne de 2,55 litres à l’heure et un ratio de plus de 20 milles parcourus par heure de moteur. Sur une saison complète en méditerranée ce n’est pas mauvais, et signifie que le bateau est bien un voilier dont le mode de propulsion principal est le vent.
 
Plus grande vitesse de vent enregistrée (en moyenne sur 10 secondes) : 51.8 nœuds au mouillage à St Florent.
 
Plus grande vitesse atteinte à la voile (en moyenne sur 6 secondes) : 9.2 nœuds le 27 juillet au large de Porquerolles par force 6-7.
 
Commentaires personnels :
 
Le moteur est un Volvo D2-40 avec saildrive. L’option 55cv, proposée par Bavaria, ne me semble pas avoir d’intérêt. En effet, avec le 40 cv, à 2000 tr/mn, la vitesse de croisière par vent nul et mer calme est de 6,4 nœuds avec 2,55 l/h, ce qui est un excellent compromis. Nous n’utilisons le moteur que pour les manœuvres de mouillage ou d’appareillage, lorsque nous ne pouvons pas faire autrement. Il nous arrive fréquemment de mouiller à la voile depuis que le frein du guindeau, bien débridé, permet de laisser tomber la pioche à la volée. Lorsque la brise mollit, nous ne recourrons pas à la risée Volvo avant que la vitesse ne descende durablement à moins de 2 nœuds et nous l’arrêtons lorsque le vent réel remonte à plus de 6 ou 7 nœuds. L’installation d’une hélice à mise en drapeau améliorera encore les performances à la voile et fera disparaître le bruit du saildrive, hélice débrayée. Même si la consommation, à 6,4 nœuds en route par vent nul, augmentera inévitablement d’environ 5% avec une telle hélice, le bilan restera très positif.
 
Pour la première fois, nous n’avons pas à bord de spinnaker. Nous avons largement utilisé le génois tangonné qui ne donne pas les mêmes satisfactions, mais permet d’exploiter quand même des brises portantes faibles. Toutefois, l’achat d’un spi est envisagé : la question de savoir si ce sera un spi traditionnel ou un asymétrique, n’est pas tranchée. Je ne reviens pas sur les voiles standards d’origine qui sont exécrables, même pas dignes d’un bateau de location défraichi et bas de gamme. Le fournisseur le reconnaît avec cynisme, sans proposer de solution réaliste, et il ferait mieux de baisser ses prix en livrant le bateau sans voiles à ceux de ses clients qui sont des marins.
 
Le comportement à la mer du Bavaria 42 Cruiser est un régal. La stabilité de route, l’inertie dans la mer, la douceur des mouvements sont appréciables et il ne tape pratiquement jamais, même dans des mers hachées courantes en méditerranée. Le giro-pilote est extrêmement efficace et n’est pratiquement jamais pris en défaut. La vitesse de 7 nœuds est atteinte très facilement dès que le vent atteint 12-14 nœuds et on peut faire de longues traites à 8 nœuds de moyenne avec 20 nœuds de vent ou plus. Même s’il n’est pas une « bête de près », le compromis cap-vitesse permet de remonter au vent avec une VMG de 4 à 4,5 nœuds dès 10-12 nœuds de vent réel, et près de 5 nœuds avec 15-20 nœuds de vent (vive l’option quille en plomb et grand tirant d’eau). La réduction de voilure avec les deux enrouleurs est une manœuvre simple qui peut être effectuée presque en charge avec peu d’efforts, pratiquement sans faseyement, tant pour le génois que pour la GV, en deux minutes. On a ainsi pratiquement toujours « la toile du temps ». Evidemment cela ne peut pas concurrencer une belle GV Full Batten à trois ris automatiques, mais c’est mieux que je ne le pensais et, avec la future GV bien adaptée et bien fabriquée, le compromis sera excellent. Je craignais un peu les virements de bords avec un génois de plus de 50 m2. Si la synchronisation barreur-embraqueur est bonne, ou même en solitaire avec le virement de bord automatique sous pilote, on peut pratiquement border le génois à la main se contentant de fignoler le réglage avec quelques tours de manivelle des gros winchs self tailing.

Ajoutons que le confort au mouillage est excellent, le louvoyage sur l’ancre dans les rafales et le roulis lorsqu’il y a un peu de houle, étant très modérés. De plus, la forme de la jupe ne génère que très peu de clapotis sous la voute, lorsque la mer ou des sillages arrivent de l’arrière.

 
L’électronique est un ensemble complet Raymarine avec GPS, radar et lecteur de cartes couleur au standard Navionics. C’est une nouveauté pour moi, très pratique, et une seule cartouche CF permet d’avoir toute la cartographie détaillée de la Méditerranée, y compris la mer Noire, le canal de Suez et le nord de la mer Rouge. Cela ne rend toutefois pas les mêmes services que les cartes papiers, notamment lorsqu’on veut avoir une vue d’ensemble, car tous les détails disparaissent progressivement à mesure que l’on agrandi le champ. Lorsque la taille affichée à l’écran dépasse 24 milles, il n’y a plus que les contours des côtes, et jamais aucun détail ni relief terrestre.
 
Le radar 2kw/24 milles est une merveille aux possibilités immenses. Un vrai plus en matière de sérénité, très confortable en navigation de nuit, et consommant réellement moins de un ampère, l’écran étant de toute façon allumé pour les autres usages. Par contre, le sondeur numérique DSM associé à l’ensemble est un gadget très cher, sans intérêt, et qui consomme presque 2 Ampères à lui tout seul, sans pouvoir être arrêté. Le sondeur de série, fourni avec le Tridata, retrouvera sa place pour la prochaine saison.
 
Les deux frigos sont un luxe bien agréable car la conservation des boissons fraiches, légumes, laitage, viandes et poissons est largement dimensionnée. Et l’on peut faire tinter les glaçons dans le pastis presque sans limite car la production est de 48 glaçons toutes les 6 heures. Les deux cabinets de toilettes, avec chacun leur douche, permettent de ne pas se gêner, encore un luxe appréciable. J’avais un peu regretté que les six hublots de coque soient fixes. Expérience faite, la ventilation est suffisante, et au moins on ne risque pas d’appareiller en oubliant de les fermer.
 
La contrepartie de tout cet équipement électrique est une consommation d’environ 100 Ah par jour au mouillage et au moins 200 Ah à la mer. C’est beaucoup, et même ingérable en cas de longue traversée. La production « douce » actuelle (2 panneaux solaires de 85w et une éolienne AirX marine) est insuffisante, sauf par vent relatif supérieur à 15 nœuds. Il faudra donc faire des choix déchirants sur le confort et les écrans, ou accepter de faire tourner un groupe électrogène plusieurs heures par jour en traversée.
 
Le dessalinisateur HPUC 35 installé à bord m’a beaucoup déçu. C’est un modèle simple, tout inox que j’avais choisi pour cela, en m’accommodant de la consommation élevée de ce type d’appareil par rapport aux modèles à amplificateur hydraulique. Malheureusement les caractéristiques et spécifications techniques présentées par la documentation ne sont absolument pas conformes à la réalité. De nombreux contacts avec l’importateur REYA et une visite à bord d’un technicien n’ont pas permis de diagnostiquer le problème. Pourtant l’installation a été parfaitement réalisée par Krysber Marine à Port Leucate. L’appareil est maintenant retourné chez le fabriquant italien qui doit le rendre conforme aux spécifications, faute de quoi j’exigerai sa reprise au prix d’achat. Je me tournerai alors probablement sur un dessalinisateur à économie d’énergie fonctionnant sur le même principe que le Livol D30 vendu avec mon précédent bateau qui, après quelques petits problèmes techniques ou fuites réglés par le SAV, fonctionnait parfaitement, plus silencieusement, et consommait 8 à 9 ampères pour une production de 27 à 34 litres à l’heure en fonction de la température et de la salinité de l’eau.